Luminaire urbain bienveillant

Collection d'éclairage et mobilier extérieurs
Lin, acier, peinture, LED, composites
2012

Ce projet est le résultat d'un processus passionnant qui a débuté à Dale i Sunnfjord en Norvège. Pour relever des défis de société, certains experts avisés se sont rencontrés et ont défini des thèmes annuels à suivre. Après avoir suivi pendant un an "Longer Participation", nous avons rassemblé des connaissances, des idées, de nouveaux réseaux, des expériences. Tous reliés de manière naturelle pour créer Shroom, une collection de dispositifs d'éclairage, qui réagit à son environnement et offre la lumière la plus empathique possible, où et quand cela est nécessaire. Ceci est son histoire.

Participer plus longtemps

La population vieillit et a une vie active plus longue grâce à une meilleure santé. À partir d'un certain âge, les humains peuvent être laissés en dehors de la communauté, ainsi que d'un point de vue économique. Dans ce programme, nous demandons: «Comment pouvons-nous faire en sorte que la génération précédente participe plus longtemps à la communauté?». Afin de répondre à cela, nous avons développé le programme «Participate longer» (Participation plus longue). Chaque personne qui a un esprit de «fonctionnement normal» a aussi une âme créative. Cela signifie que n'importe qui peut influencer la société en supposant qu'il dispose des aides techniques et de la compétence pour utiliser ces outils afin de concrétiser ses idées. Les citoyens les plus âgés ne disposent pas toujours de ces aides ni des compétences pour les utiliser. Ils sont donc souvent ignorés lors d'un processus créatif. De plus, la majeure partie des personnes âgées seraient en contact avec la technologie (une enquête montre qu'entre septembre 2008 et mars 2009, le nombre d'utilisateurs âgés de 55 à 65 ans a augmenté de plus de 550%). En les ignorant, nous créons des fossés générationnels plus profonds et perdons la possibilité de développer de meilleurs systèmes et de tirer profit de leurs connaissances et de leurs expériences de vie.

les citoyens de Dale

Un espace n'est pas une chose mais un ensemble de relations entre les choses.
Henri Lefebvre, La production de l'espace, 1974.

L’atelier s’inspire de la méthode psycho-géographique, développée par l’organisation l’Internationale situationniste, issue de la fusion de plusieurs groupes artistiques. Actif de 1957 à 1972, l’organisation a déclaré que c’était les utilisateurs de la ville qui avaient créé la ville. La vie quotidienne est devenue leur centre d'attention, voulant comprendre comment les gens donnaient un sens à la ville. Les situationnistes ont exploré les potentiels non visibles dans les structures matérielles de la ville en étudiant les effets émotionnels et comportementaux du tracé géographique. L'atelier est également inspiré du livre Soft City de Jonathan Raban. Raban déclare ici que notre ville est construite sur la base d’expériences et de souvenirs personnels, c’est-à-dire que ma ville est différente de la vôtre! Ce sont les associations et les relations avec des lieux qui créent la sécurité et l’identité en ville - bien plus que des lampadaires et des panneaux de signalisation physiques. De ce point de vue, la ville ou le village peut être considérée comme une scène, une réalité unique et privée construite par des trajectoires et des récits personnels. Si nous voulons faire connaissance avec une ville et son potentiel, nous devons creuser dans la structure sociale de cette ville en particulier. La participation, c'est participer à la construction de la réalité. Pendant deux jours, un groupe de citoyens de Dale a été invité à reconstruire ou à reconstruire leurs paysages urbains individuels. Ils ont contribué à la cartographie de Dale fondée sur des vies et des expériences personnelles plutôt que sur des fonctions, des structures et des institutions. Il n'y a pas qu'une seule version de Dale mais des centaines de versions!

Explorer et inclure les nombreuses versions individuelles de la ville crée une image plus valide et «épaisse» de Dale, de son fonctionnement et de ce qu’elle signifie pour ses citoyens, ses créateurs - informer et qualifier la planification et la conception de produits. L'esthétique relationnelle est une forme d'art dans laquelle les échanges sociaux ou relationnels constituent le centre d'attention principal. L’atelier psycho-géographique de Dale doit être compris en ces termes; l’atelier a eu pour but de rassembler et de tisser ensemble les relations des anciens avec la ville. L'atelier a présenté une compréhension alternative des qualités expérimentées de Dale. L'atelier peut être perçu comme une exploration orientée utilisateur de la situation d'esprit subjectif des personnes âgées, une approche ascendante pour comprendre la vie en ville. L'atelier souligne l'importance des enregistrements subjectifs et de la manière dont ceux-ci peuvent être réalisés puis utilisés de différentes manières. La méthode de cartographie prend comme point de départ l’utilisation et la compréhension de la ville par les gens, plutôt que son apparence physique. En invitant les aînés à décrire leur ville et leur milieu de vie de manière différente et sous différents aspects, la version «douce» de Dale apparaît. En visualisant et en cartographiant physiquement les significations, les souvenirs et les expériences sensorielles, nous avons eu un aperçu de la nature plastique de Dale, révélant ainsi le potentiel de développement d'espaces de vie qui comptent - étroitement liés aux participants et aux personnes vivant dans cet endroit. Le basculement entre tâches individuelles, en binômes et en groupes, entre réflexion, partage, discussion, accord, marche et détection favorisait la participation active et renforçait la structure sociale de la ville.

Et si l’aspect subjectif des qualités climatiques était pris en compte lors de la conception et de la planification des infrastructures de la ville? Et si des histoires plus personnelles étaient rassemblées et placées sur des panneaux ou des stations audio dans toute la ville? Les couches de sens deviendraient visibles; une expression physique des relations sociales invisibles dont Dale est faite. Le côté informel de la ville serait tangible et ouvert, invitant l'identification et la propriété. Cela créerait-il une ville plus humaine?

Cartographie émotionnelle

Afin de saisir l'expérience qualitative de la vie en ville, il est demandé à un groupe d'aînés de se promener dans la ville en enregistrant et en identifiant les zones chargées d'émotion. Une photographe de Transplant enregistre chaque pas avec son appareil photo. Le résultat de la journée est une plus grande prise de conscience de toutes les histoires personnelles liées à chaque coin de Dale, montrant ainsi qu’un lieu peut avoir de nombreuses significations différentes. C'est-à-dire qu'un lieu est un espace tissé par des traces d'interaction individuelle. Les autocollants numérotés apposés sur le lieu indiquent aux autres passants qu'il s'agit d'un lieu spécial, d'un lieu d'importance. Les lieux et les histoires sont mis sur un blog pour que les autres puissent les commenter.

Identifier les qualités climatiques

La chaleur, le froid, la sécheresse, l'humidité, la lumière, l'obscurité, le vent et le calme sont autant de qualités climatiques de l'environnement humain. Notre perception psychologique est influencée par des facteurs subjectifs tels que la mémoire, l'expérience, les préférences, etc., ce qui en fait une question hautement individuelle. Dans cet atelier, nous souhaitons explorer les qualités climatiques expérimentées à Dale et créer des visualisations personnelles de qualités climatiques spécifiques à l'aide de caméras à usage unique. Le résultat de la journée est situé et les observations individuelles font une esquisse comme une description des qualités climatiques expérimentées à Dale. Ces informations sont mises sur le blog ainsi que des exemples de visualisations individuelles de qualités spécifiques. L'objectif est de susciter des réflexions et de poursuivre les échanges sociaux. C'est une perspective qualitative qui peut être développée davantage en incluant plus de personnes et plus de lieux. À titre d'exemple, il est intéressant de se demander si un groupe de femmes aurait les mêmes qualités que les hommes, à savoir s'il existe une différence de genre dans la perception et l'évaluation des qualités climatiques.

Ressentir Dale

La mission est d'accroître les transferts de connaissances entre générations. Nous avons exploré et étudié les différentes manières de réintroduire les connaissances et les compétences des seniors. En collaboration avec les participants, notre studio a associé le savoir au design contemporain et aux aspects matériels. À la suite du transfert de connaissances, des prototypes ont été réalisés et ajustés avec des experts en éclairage urbain, matériaux durables et bio-sourcés tel qu'un composite de lin avec des huiles végétales.

Shroom

Shroom est une série de luminaires et de meubles d'extérieur avec un système de détection unique qui réagit au mouvement et à la lumière ambiante. «L’idée derrière le Shroom est née de la collaboration avec des habitants d’un village norvégien et de leurs souvenirs liés aux lieux physiques. Nous voulions créer un éclairage adapté à la vie et aux besoins des villes nordiques, proche de la nature et avec de longues nuits obscures hivernales. La lumière étonnante des étoiles et des aurores boréales étant influencée par l'éclairage public, il était donc logique de créer des appareils d'éclairage qui ne soient entièrement éclairés qu'en cas de besoin. "La lumière est réduite à 10%, si personne ne se trouve à proximité et que quelqu'un passe à proximité, le Shroom s'éclaire en douceur jusqu'à la pleine luminosité, éclairant ainsi le chemin. C'est à la fois une économie d'énergie et une pollution lumineuse qui disparait. Fabriquées à partir de fibres de lin, un matériau bio-composite à base de fibres naturelles, la série de luminaires comprend un réverbère Giant, une borne Just, un siège Big and Little, le résultat est une petite forêt de Shrooms magiques.

Contexte

The Irregular Notes is a newsletter sharing the Ralston Bau studio research and
interventions. It is, as the name says, sent out irregularly two to four times per year.

We take our General Data Protection Regulation (GDPR) obligations seriously
and strive to ensure that your personal data is securely held at all times.
We do not use cookies and will never disclose your information to third parties
and use your email address only for sending the Irregular Notes.

powered by TinyLetter